Journée nationale d’hommage aux harkis

A l’occasion de la Journée nationale d’hommage aux harkis et aux autres membres des formations supplétives, les bâtiments communaux de Billère seront pavoisés le dimanche 25 septembre.

L’engagement de troupes étrangères dans les forces armées françaises remonte à la colonisation de l’Algérie en 1830 lorsque des tribus d’indigènes prêtent allégeance à la France. Les régiments de supplétifs s’illustrent dans la plupart des campagnes militaires de 1850 à 1914, date à partir de laquelle ils se sont mobilisés dans les troupes de l’Armée d’Afrique. A ce titre les régiments de tirailleurs nord-africains sont, avec les Zouaves, parmi les plus décorés de l’armée française. Comme en Indochine, le déclenchement de la guerre d’Algérie relance l’emploi des supplétifs.

Le mot « harki » dérivé du mot arabe « haraka » qui veut dire « mouvement » désigne des groupes militaires très mobiles, engagés dans des unités bien spécifiques.

Le registre de l’armée française compte plus de 160.000 harkis engagés tout au long de la guerre. En 1962, près de 80.000 d’entre eux seront accueillis en métropole fuyant les représailles du front de libération nationale (FLN).

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×