Covid-19 : un jour, une photo

Billère respecte le confinement. Mais un peu partout dans la commune, des femmes et des hommes assurent leurs missions pour faire vivre la ville. Venez les découvrir tous les jours sur cette actualité ainsi que sur les pages Facebook et Instagram de la ville, grâce aux regards d’Elisabeth Arrius-Pardies, photographe de la Mairie de Billère.

Lundi 18 mai, c’était la crèche Optimômes. Ce mardi, c’est au tour de la crèche Babil. Désinfection et aménagement des locaux, horaires aménagés, groupes étanches… tout a été fait pour accueillir les enfants en toute sécurité.
Ce jeudi matin, 105 élèves billérois (CP et CM2) ont retrouvé le chemin de l’école, soit environ 12 % des effectifs. Une rentrée effectuée dans des conditions optimales de sécurité grâce aux aménagements réalisés par les services municipaux, à l’investissement des enseignants et à l’application de tous les gestes barrières.
Les repas froids, tirés du sac jeudi et vendredi, tout comme ceux qui seront servis par la Cuisine communautaire à partir du lundi 18 mai, sont pris dans la classe afin d’éviter les regroupement dans les restaurants scolaires.
Mobilisé·es durant toute la crise sanitaire, les élu·es de la Ville de Billère ont consacré leur journée de samedi à mettre sous enveloppes les 9.000 premiers masques livrés par la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées pour permettre une distribution dans les boites aux lettres dès le lundi 11 mai.
De la majorité et de l’opposition, de l’ancienne équipe encore en place et de la nouvelle équipe élue mais pas encore officiellement installée, ils étaient près d’une trentaine au gymnase Roger Tétin, ensemble pour la bonne cause.
Habitué des interventions auprès des jeunes Billérois·es, le violoniste Benjamin Colosimo s’est prêté de bonne grâce à une expérience imaginée par Stéphanie Behocaray, directrice de la crèche Babil et toute son équipe. L’artiste devant son ordinateur, les enfants et leur famille devant le leur, se sont livré à une séance musicale collective et participative qui a mis tout le monde de bonne humeur. Casseroles et dessous de plats ont assuré la rythmique de ce moment d’échange drôle et sympa.
Les périodes difficiles entrainent les gens à se montrer solidaires. Les associations billéroises ne sont pas en reste avec de nombreux exemples d’actions symboliques. L’AS St Laurent Football qui a mis gracieusement à disposition son chapiteau au profit de l’EHPAD Antoine de Bourbon. Grâce à ce geste, la Maison de retraite peut organiser dans les meilleures conditions les visites des familles aux résidents pendant le confinement.
Si beaucoup de magasins ont du baisser le rideau pendant le confinement, ceux de première nécessité, notamment les commerces de bouche ont pu maintenir leur activité, en appliquant scrupuleusement les gestes barrières pour accueillir leurs clients dans les meilleures conditions possibles. D’autres sont allés encore plus loin en mettant en place des livraisons à domicile ou en développant ce service déjà en place.
Compliqué quand le soleil brille de ne pas flâner sur les berges du Gave, se dégourdir les jambes dans le bois du Lacaoü ou piquer une tête dans la piscine. Difficile de se passer des matches du Billère Handball, des spectacles à la salle de Lacaze et des soirées entre amis.
Comme partout, les Billérois·es prennent leur mal en patience et se mettent au balcon. Pour discuter avec les voisins, applaudir à 20h le personnel soignant, regarder la ville sous un autre jour, et garder le lien avec les autres.
Les 1000 visières, imaginées par Thomas Cabanes, fabriquées par l’imprimerie Martin et achetées par la Ville de Billère (2,70 € HT) sont en cours de distribution. Après les marchés bio et Jules Gois, le CCAS et les EHPAD, Frédérick Mazodier, adjoint en charge de l’emploi, de l’action économique et du développement durable, et Véronique Mathieu-Lesclaux, adjointe à la vie associative, la démocratie locale et la vie des quartiers poursuivent leur tournée dans la commune pour offrir cette protection supplémentaire aux commerçants de proximité et aux cabinets médicaux. Une distribution qui devrait se poursuivre après la fin du confinement et la réouverture progressive de commerces.
Devant les risques sanitaires encourus, le Collectif Caritatif d’Insertion de Billère (CCIB) a décidé d’organiser différemment l’accès de ses bénéficiaires à l’épicerie sociale. Les rayonnages étant inaccessibles au public, les bénévoles constituent des colis composés de produits secs et de quelques produits frais, grâce au partenariat avec la banque alimentaire. Deux fois par mois, le mercredi et le jeudi, la distribution est organisée à l’extérieur du bâtiment.
Si la Ville de Billère est venue donner un coup de main lors de la première distribution, les bénévoles sont désormais assez nombreux pour assurer la confection et la remise des colis. A noter les gestes généreux d’Intermarché Billère et Carrefour Lescar qui ont gracieusement offert des poches.
125 familles ont bénéficié de ces colis lors de la première distribution, 135 lors de la deuxième, 150 cette semaine. La prochaine se déroulera les 6 et 7 mai prochains.
Un mode de fonctionnement qui pourrait durer au delà de la fin du confinement, en attendant la réouverture normale de l’épicerie.
Même confinées à la maison, les petites mains de l’atelier couture du Centre d’animation le Lacaoü s’activent. Brigitte Etcheberry et Marie Diozède, animatrices de l’atelier et plusieurs couturières volontaires se sont activées devant leurs machines pour fabriquer 150 masques en tissus. 120 ont été offerts la semaine dernière au personnel du Centre Communal d’Action Sociale, la trentaine restante à la maison de retraite “la Pastourelle”.
Les mercredis et samedis matins, 26 bénévoles de l’association du marché bio se relaient, autour et à l’intérieur du chapiteau de la place François Mitterrand et du local de la résidence Neocity. Ils veillent au respect des distances entre chaque personne, régulent les entrées pour limiter le nombre de clients (maximum 10 à la fois), indiquent le sens de circulation mis en place et rappellent les gestes barrières. Les exposants qui ont la plus forte demande ont été installés à l’extérieur, avec une file d’attente qui leur est spécifique.

Des accès prioritaires

Grâce à cette organisation, une trentaine d’exposants peut poursuivre son activité deux fois par semaine à Billère et proposer des produits frais et de qualité dans un cadre parfaitement sécurisé. Quant au personnel soignant et aux personnes fragiles, elles peuvent se signaler aux bénévoles pour un accès prioritaire aux stands.
Depuis 3 ans, en partenariat avec l’association acces(s), le Centre d’animation le Lacaoü propose à ses seniors des ateliers pour se familiariser avec l’outil numérique. l’opération “Seniors connectés” leur a permis, la première année, de réaliser des petites vidéos des recettes culinaires concoctées dans le cadre des Chemins du Goût. L’année suivante, c’est la création d’un album photo qui était au programme.
Depuis septembre dernier, l’atelier travaillait à la création d’un blog qui permettraient aux adhérents et aux animateurs de se tenir au courant de la vie du Centre d’animation. La perspective du confinement a donné des ailes aux participants, qui se sont baptisés pour l’occasion “le club des confinés”. Ils ont mis les bouchées doubles pour faire naître cet outil qui leur permet, tout en restant à la maison, de garder un lien fort avec les ami·es du Lacaoü.
Imaginées et modélisées par Thomas Cabanes, designer industriel spécialisé dans le packaging installé à Lescar, des visières de protection ont été fabriquées par l’imprimerie Martin de Lons avec un ploteur de découpe. La ville de Billère a fait l’acquisition de 1000 exemplaires qu’elle a commencé à distribuer week-end aux commerçants des marchés bio et Jules Gois, puis aux personnels des EHPAD ainsi qu’au personnel du CCAS.Les visières restantes seront offertes aux différents commerces de première nécessité.
Ces visières constituent une barrière complémentaire et ne viennent en aucun cas se substituer au port du masque.
Accueil téléphonique au CCAS - Elisabeth Arrius-PardiesConfinement oblige, le bâtiment du Centre Communal d’Action Sociale est fermé au public. L’accueil téléphonique fonctionne cependant sur les horaires habituels, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h.
Deux agents se relaient, matin et après-midi, pour assurer cette permanence. Au total, 3 à 4 personnes sont présentes quotidiennement dans les locaux du CCAS. A tour de rôle, la Directrice Marilyn Durand et son adjoint Samuel Marcon sont également présents pour répondre avec la plus grande réactivité possible aux demandes d’information et d’accompagnement des publics les plus fragiles.

Grâce aux mesures prises par la Ville de Billère et à l’engagement de ses commerçants, le marché Jules Gois poursuit son activité en période de confinement. Affichage clair des consignes, mise en place d’un sens de circulation, respect des distances et présence des élus et de la Police municipale assurent au marché de la place Jules Gois, tous les samedis de 8h à 12h, une fréquentation en toute sécurité pour s’approvisionner en produit frais.

L’association du Marché Bio propose un fonctionnement semblable les mercredis et samedis matins sous le chapiteau de la place François Mitterrand.

Même s’ils sont actuellement fermés, les bâtiments publics restent sous surveillance. Ecoles, crèches, gymnases, Centre d’animation, Hôtel de Ville, Cité municipale… sont régulièrement contrôlés. Une équipe de 3 agents effectue une tournée deux fois par semaine pour s’assurer qu’il n’y a pas eu d’intrusion, pas de fuite, pas de soucis électriques…
L’Atelier Vélo Participatif et Solidaire (AVPS) installé à proximité du Bel Ordinaire, allée Montesquieu, n’a jamais aussi bien porté son nom. Après s’être inscrit dans le dispositif “Des vélos pour l’hosto” qui propose de mettre gratuitement en relation les personnels soignants en besoin de deux roues avec des propriétaires disposés à leur prêter, l’association billéroise a décidé d’aller plus loin.
Non seulement elle propose cette mise en relation, mais elle a décidé de l’étendre à l’ensemble des personnes poursuivant leur activité professionnelle en temps de confinement, quel que soit le secteur d’activité. Elle leur propose également, toujours gratuitement, la remise en état de vélos déjà possédés. Déjà ce jeudi, une première soignante de l’hôpital de Pau est venue à Billère récupérer son vélo.
Pour permettre au personnel soignant d’assurer leurs missions, un service de garde est mis en place pour leurs enfants. Du lundi au vendredi, ils se retrouvent à l’école Lalanne, sous la surveillance d’enseignants et d’agents de la Ville.

Les lundis, mardis, jeudis et vendredis, ils sont accueillis dès 7h30 par 2 Agents Territoriaux Spécialisés des Écoles Maternelles (ATSEM). Ces mêmes agents assurent la surveillance sur le temps du repas et la garderie du soir. Les enseignants prennent le relais sur le temps scolaire.

Ce mode de garde concerne aujourd’hui 5 enfants à Billère.

Une fois par semaine, le mardi ou le jeudi en fonction de la météo, ils sont 6 agents à se relayer pour entretenir les espaces verts de la commune. Si la gestion différenciée laisse faire la nature par endroit, cela s’entend dans une certaine maîtrise, surtout au printemps. Tonte dans les parcs, entretien des rond-points, parking, cimetières… sont l’objet de leurs attentions. Ils renforcent également les équipes de la propreté urbaine pour que la ville reste agréable à vivre.

Lutte contre les nuisibles
L’équipe “espaces verts” profite également de ses sorties pour vider et retourner les écuelles pleines d’eau stagnantes des cimetières dans le cadre de la lutte préventive contre le moustique tigre. Viendra ensuite le moment de poser les pièges à frelons asiatiques et à chenilles processionnaires.

Brigitte Etcheberry anime l’atelier couture de Centre d’animation le Lacaoü. Avec sa collègue Marie Diozède, elle a répondu à l’appel de la Ville pour fournir le personnel du CCAS intervenant à domicile en masques de protection. A la maison pour respecter les règles du confinement, elles se sont mise à fabriquer des masques en tissu.

Elles ont également sollicité les couturières de l’atelier qu’elles animent habituellement tous les lundis et vendredi au Lacaoü. Beaucoup d’entre elles ont répondu favorablement à la demande, et aujourd’hui, près de 200 masques ont déjà été fabriqués. Les machines à coudre vont encore bon train pour poursuivre cet approvisionnement solidaire.

L’atelier couture CCIB de Lily Capo est lui aussi sur le pont, et nous vous le présenterons bientôt.

Propreté urbaine – Élisabeth Arrius-Pardies

Même s’il y a peu de monde dans les rues, les corbeilles se remplissent, les déjections canines n’ont pas complétement disparues, et les déchets n’obéissent pas aux règles de confinement.

Gantée et masquée, l’équipe de propreté urbaine est donc présente, assurant un passage régulier dans toute la commune pour garder la ville propre.
3 agents, renforcés par la présence de 6 collègues des espaces verts, s’organisent par équipe de 3 pour couvrir l’ensemble du territoire billérois en 3 jours, les lundis, mercredis et vendredis.

Ils profitent de leur mission pour désinfecter régulièrement le mobilier urbain (poubelles, barrières, abribus, bancs…)

Portage des repas – Élisabeth Arrius-Pardies

Depuis le début de la crise sanitaire, le Centre Communal d’Action Sociale est en première ligne, auprès des personnes isolées et en difficultés. Grâce à ses équipes, le CCAS assure ses services de maintien à domicile, notamment le portage des repas.

Des animateurs du Centre d’animation le Lacaoü se sont portés volontaires pour être formé à ce service de proximité, venant renforcer et soulager leurs collègues du CCAS.

Police municipale – Élisabeth Arrius-Pardies

Organisation des marchés bio et place Jules Gois, contrôle du respect des règles de confinement, lien étroit avec le CCAS et les élus pour signaler des personnes isolées ou en difficultés, la Police municipale assure plus que jamais son rôle de prévention et de sécurité auprès des Billérois·es.

Avec une présence 6 jours sur 7 sur le terrain et une astreinte téléphonique assurée le dimanche, Stéphane, Sonia, Thierry et Sylvain sont sur le pont. Une présence génératrice de lien social et rassurante pour la population.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×